La production du moule :
La création du moule de l'oeuvre originelle peut s'avérer une opération complexe selon la forme et les caractéristiques de celle ci, et nécessite donc un certain savoir-faire dans lequel l'expérience de la pratique joue un très grand rôle.

A l'heure actuelle, on utilise en général l'élastomère pour la peau du moule et la résine ou le plâtre pour la coque de maintien.

L'élastomère a la propriété de s'isoler de la plupart des matières, facilitant ainsi le démoulage de la cire perdue notamment. Il est suffisamment résistant pour permettre, en moyenne, la production d'une vingtaine de copies sans avoir à refaire un autre moule.

De façon simplifiée, voici la succession des opérations :

1- Examen de la pièce pour déterminer les " plans de joint " présidants au nombre d'éléments pouvant composer l'ensemble du moule.

2- Création du plan de joint. (joint pour " jointure ")

3- Fabrication de la peau d'empreinte par passages successifs de l'élastomère qui se présente sous forme de crème semi-liquide à laquelle on ajoute des produits catalysants pour le faire durcir à l'état de caoutchouc .

4- Installation des clés de maintien et création de la coque de l'élément.Celle-ci peut être réalisée en plâtre renforcé de filasse, ou mieux, en résine bio renforcée de mat de verre.

5- Ré-iteration des opérations pour les autres parties du moule.

6- Après les divers séchages, découpes et ponçage des coques assemblées, on procède au démoulage de la pièce originelle et c'est là que l'on constate si l'on a bien fait son travail.... et bien respecté les règles du savoir ancestral...

7- Les divers eléments sont ensuite ré-assemblés et maintenus par des boulonnages.

Ce n'est bien sûr pas aussi simple que pourrait le faire croire ces quelques lignes mais en revanche, on peut dire que c'est une étape cruciale dans la fabrication d'un bronze .

Pour info, citons l'auteur Jean-Pierre Rama :

" .. si le sculpteur peut réaliser une oeuvre en quelques heures parfois, la reproduction de la même oeuvre en bronze demandera plusieurs semaines, voire des mois de travail. Dans celui-ci, la difficulté du travail du mouleur d'art en fait sa grandeur et sa noblesse. "

l'oeuvre originelle...ici en terre cuite.
Un élément du moule...
et son autre face...avec le trou de coulée bien sûr...
Le moule terminé dans sa coque de resine boulonnée.