Décirage et coulée...
Le moule carapace et son coffrage viennent d'être construits. Il s'agit maintenant de le passer dans un four à 7- 800 degrés afin d'en éliminer la cire et de cuire le réfractaire.

Le décirage consiste surtout à créer un choc thermique qui va, dans un premier temps faire fondre la cire, et, dans un second temps, calciner la cire residuelle qui peut adhérer aux parois du moule refractaire. Un début de frittage du refractaire se produit aussi.

La cire se dilate à la chaleur (0,8 à 1,2%) , d'où l'utilité des jets et des évents qui évacuent la surpression pour éviter l'eclatement ou les fissures. Ces jets ou évents sont ainsi percés de petits trous de place en place.

Cette cire fondue est bien entendu évacuée à l'exterieur du four par des conduits prévus à cet effet.

Une fois le temps de cuisson effectué et un lent retour à une température normale de manipulation, on peut accéder à la phase du coulage.

La coulée consiste donc à préparer du bronze sous sa forme liquide et à le verser dans le moule carapace de façon à ce qu'il vienne remplir le vide laissé par la cire evacuée. C'est le temps de la "fonderie" à proprement parler.

En fonderie d'art comme dans les fonderies industrielles, les métaux purs sont rarement employés seuls car leurs propriétés physiques et chimiques ne sont pas avantageuses pour obtenir des pièces saines. C'est pourquoi on leur préferera les alliages. Le bronze, alliage de cuivre, d'étain, et d'éléments additifs, est principalement utilisé dans l'art. D'ailleurs, une pièce faite dans cet alliage sera désignée comme bronze d'art si la teneur en cuivre est superieure ou égale à 65 %.

Le bronze est l'alliage le plus noble, hormis les métaux précieux bien sûr, de la fonderie d'art. Car de tous les alliages cuivreux, il sera celui qui, à la patine, donnera les plus belles colorations.

Donc on portera en fusion ces divers composants (les charges) dans un creuset à environ 1000 à 1200 ° pour obtenir l'alliage liquide, Moment flamboyant et magique de la fonte...

Vous vous en doutez, ce n'est pas aussi simple que ça. Car en vérité, on peut distinguer 9 phases pour la fusion du bronze, telles que :

- le chargement

- la descente des charges

- la fonte des charges

- rajout de "couverture"

- montée en temperature

- écrémage

- additions finales

- brassage

- décrassage et coulée.

et inutile de dire qu'il faut un certain savoir pour opérer la magie des alliages divers et variés, tout comme le bronze, et ce, sans anicroches chimiques ou physiques. Enfin c'est là tout l'Art et ses secrets millénaires..

Les hommes de l'art en action : Ici la préparation de la fusion.
Un outil particuliculier : le brancard, pour manipuler le creuset..
Transport du creuset au brancard.
L'utilisation de l'outil "Happe" pour la sortie du creuset
Coffrages coulés attendant le refroidissement
La coulée..et son débord...
En fin de coulée, on récupère le metal en fusion pour alimenter une suivante..
Une opération fastidieuse :

le décoffrage

Photos Paul Doin Beaulieu 06